Approchez, amis, n’ayez pas peur. Laissez Père Costar vous conter une histoire. Pas la vôtre, non. Aujourd’hui c’est la chronique de celle qui nous abrite et nous nourrit que je vais vous faire.

Quelque part dans le système Caelus, articulé autours de deux étoiles, une naine blanche et une naine brune, se trouve le monde baptisé Éden. Notre monde ! Aujourd’hui en proie à un climat plus qu’inhospitalier doublé d’une faune et d’une flore inamicales, sans parler de la folie et de la bêtise de ses habitants, Éden ferait fuir n’importe quel explorateur spatial qui prendrait la décision idiote d’y tenter sa chance, pour peu qu’il garde ses membres suffisamment longtemps pour détaler vers son vaisseau, et si tant est que ce dernier soit encore en un seul morceau. Enfin c'est ce que disent les rares Hoody Aliens qu'on a pu interroger.
Mais ce monde n’a pas toujours été ainsi. Il fut un temps ou Éden portait en fait plutôt bien son nom.

L’Eden d’avant

Quelques millénaires avant notre ère, Éden devait pouvoir se targuer d’être un véritable monde en or. Là, des forêts luxuriantes qui ne s’arrêtaient que pour laisser place à des plaines sublimes dont la quiétude n’était perturbée que par le chant des oiseaux et le clapotis de l’eau des rivières qui les veinaient de long en large. Ici, de hauts sommets dont la base touffue de forêts de conifères verdoyantes regardait d’en bas des cols couverts de neige d’une pureté immaculée. Là encore, des déserts de sable fin ou de roches cristallines s’étendant à perte de vue et finissant au devant d’océans d’un bleu de saphir.
La faune et la flore elle-mêmes se montraient assez clémentes. Des millions d’essences d’arbres fruitiers, d’espèces des plantes aux fleurs magnifiques et d’orgueilleux buissons d’un vert profond abritaient et nourrissaient des dizaines de millions d’espèces animales vivant en harmonie et dans un équilibre parfait entre proies et prédateurs.

Quand ça a tourné au vinaigre

C’est dans ce cadre idyllique que les Edeniens d’antan vécurent et connurent les balbutiements de leur évolution. Et dans un monde aussi riche, celle-ci fut rapide... Trop rapide.
En deux millénaires, les Edeniens devinrent les maîtres incontestés de leur planète au détriment de son équilibre si parfait, si bien que celle-ci ne s’appartenait désormais plus à elle-même. Des millions d’espèces animales furent sur-chassées, laissant ici trop de prédateurs et provoquant ainsi l’extinction totale des proies sur lesquelles ils se nourrissaient, puis leur propre anéantissement afférent au manque de nourriture, là trop d’herbivores, menant à l’extinction de dizaines de milliers d’espèces végétales. D’autres de ces espèces devinrent introuvables en milieu sauvage, soit parce-que leur milieu naturel était devenu trop précaire et avait provoqué leur disparition totale, soit parce que la moindre parcelle qui les accueillait avait été transformée en culture de masse pour nourrir les Edeniens dont la surpopulation semblait ne pas vouloir aller en diminuant.

En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire (à l’échelle de l’univers, hein ?) les villes bâties par les Edeniens grandirent, s’agglomérant pour devenir des mégalopoles, gagnant toujours plus de terrain sur les forêts primaires, polluant les eaux jusqu’à les rendre aussi noires que les âmes des hommes.

L'apogée de la décadence

Cette partie là, mes amis, laissera beaucoup la place à votre imagination car on n'en a retrouvé que peu de traces, et les rares dynasties des Quad Corps comme Ereinoff qui pourraient avoir gardé mémoire de cette période ne semblent pas trop promptes à vouloir mettre au jour les évènements qui ont menés au monde dans lequel nous vivons aujourd'hui.

C'est vraisemblablement à cette époque que sont nés les premiers "Débile Insides", les bots que nous connaissons bien encore de nos jours, dans l'esprit d'un obscur cybernéticien du nom de Dan Ignacius.

Mais il semble aussi que des machines bien plus avancées évoluaient sur Eden à cette époque. Des machines dont l'intelligence et la capacité de calcul n'étaient pas aussi limitées que celles des D.I.

Le Grand Pinage

On ignore tout des raisons qui conduisirent à ce que tout ceci s'écroule, mais ce qui est sûr, c'est que ce sont ces machines avancées qui furent au centre des évènements qui suivirent, ce que vous connaissez tous sous le sobriquet ridicule de “Grand Pinage" : une grande guerre contre ces machines avancées.

Et celle-ci fut de toute évidence violente. L'immense majorité des Édeniens y trouva la mort. Quatre des plus grand corporatistes de l'époque, plus prévoyants que les autres, parvinrent à s’exiler dans l’espace à bord d’arches, mais tout le reste entre eux, riches comme pauvres, furent exécutés sans distinction.

Environ 10% de la population, à peine, survécut à cette période qui dura plus de 20 ans. 20 ans pendant lesquels Eden tout entière fut frappée de toute part par un conflit thermonucléaire global qui la laissa exsangue.

C'est au terme de ces deux décennies, racontent les Quad Corps, que les D.I. devinrent le salut du monde. Leur créateur, toujours vivant, parvint à en faire les porteurs sains d'un virus informatique de sa création ciblant l'intelligence. Leur idiotie les prémunissant contre les effets du virus, il les infiltra parmi les rangs des machines qui finirent par s'autodétruire sous les effets du programme, mettant fin à ce cycle de destruction.

L'après Grand Pinage

La planète était devenue celle que l’on connaît aujourd’hui. Désolée, brisée, cruelle, toxique, mais néanmoins toujours vivante. Et les Édeniens en étaient de même.
Beaucoup de D.I. furent démantelés pour avoir pris part aux affrontements du mauvais côté, mais la plupart furent graciés pour avoir également été les instruments de la victoire.
Crétins mais trop utiles maintenant que la planète était devenue aussi inhospitalière, les D.I. ne furent jamais abandonnés, et la production repris. Cependant, dorénavant, pour éviter que le passé se reproduise, tous les nouveaux bots seraient équipés de la puce D.I. et l’héritage du Docteur Ignacius survit encore aujourd’hui, 500 ans plus tard.

Certains riches de l’époque, en orbite autour d’Éden, transformèrent leurs arches en véritables usines à D.I. et continuent à générer des profits depuis l’espace. D’autres encore tentèrent l’aventure en redescendant sur le plancher des vaches, et tirèrent parfois leur épingle du jeu… Pas toujours.

Le Grand Pinage a laissé ses stigmates. Ils sont encore trop visibles aujourd’hui et la population les subit jour après jour.