Le Désert Gris-Bleu

Langue locale : le Kram

“Ben comme son nom l’indique, c’est un désert… de couleur gris-bleue. Mais te fais pas d’illusions, mon gars, c’est joli et tout, hein, mais ce truc est hantée par la mort ! Les antiques, ils disent qu’avant c’était une ville. Quoique c’ait été, aujourd’hui personne trouve le repos là-bas. Des caravanes de camtars conduits par des macchabées, des hordes d’horribles pillards Goredoriens, des Lionailles, des Drafeurs et des…Chroniqueurs.
Je sais pas ce que tu penses y trouver mais t’attends pas à t’en sortir, à moins d’atteindre Morte Rouille.
Sinon j’aime bien ton pendentif noir, là. Il est cool.”

– Yran Kar Gra Lev, Pilleur de tombes de la frontière des sables.

Après des siècles, ce qui était jadis une mégalopole entière de tours de béton et de verre n’est aujourd’hui plus qu’un désert de roches et de dunes composé de grains de verre érodés et de restes de béton gris et sale. Les trop nombreuses attaques atomiques et les crash de vaisseaux à réacteur nucléaire dans la région pendant le Grand Pinage ont prélevé leur lourd tribut sur la zone et n’ont laissé qu’un paysage mort, devenu poussiéreux avec les nombreuses années qui se sont écoulées depuis. De nombreux êtres vivants ont trouvé refuge dans ces étendues. Une ville s’est même érigée des décombres : Morte Rouille, établie dans un amalgame de vaisseaux et blindés détruits, dont les coques rouillées furent recyclées en habitations et lieux de vies de fortune.
Les bots et edeniens habitants ici sont reconnaissables au teint gris-bleu de leur peau et de leur carlingue imprégnées par la poussière du désert.

Parmis les dunes, ruines, et rochers du désert, des convois de camions, de blindés et de montures décharnées errent, souvent sans but. On dit que des morts les conduisent et que des bot reprogrammés et serviles les accompagnent. Parcourus de lueurs bleues, les cadavres momifiés et équipés conduisent et réalisent des tâches dont personne ne comprend le sens. Leur éternel balais routier leur vaut ainsi le nom de “Tout-En-Camion” parmi la population locale. Mais ne vous leurrez pas : ce sont des créatures extrêmement belliqueuses quand on se retrouve sur le chemin des antiques plans de leurs maîtres oubliés.
La faune de la région est également particulièrement dangereuse. Les conditions de vie de ces animaux sont terriblement dures ; En conséquence, de nombreuses créatures ont développé des méthodes de survie brutales et radicales.
Dans ces paysages désolés, n’importe-quoi peut constituer un vrai piège, et l’environnement lui-même ne fait pas exception.

Sous-chapitres