Un JdR Crétin

Pourquoi, bordel… pourquoi !

C’est dans le cerveau de Jbaf ramolli par la bière (le cerveau… et Jbaf) qu’ont germé les premières graines du concept de Débile Inside.
Bon allez, on va pas faire comme si c’était quelqu’un d’autre qui parlait, et on va assumer. Ici Jbaf, donc. “En chantier” ! Et vu qu’on va parler de maconnerie (sans la cédille, oui oui), c’est plutôt adéquat. Bref, ferme-la, hémisphère droit, laisse moi jacter.

Avec les aléas de la vie, la bande de joyeux pimpins dont je fais partie et avec qui je passe mes meilleures soirées depuis 2006 (vache, je me sens vieux) avait de plus en plus de mal à se retrouver et pratiquer notre activité préférée – le JdR – régulièrement. Autant dire que sur une base de 4-5 parties maxi par an, difficile de suivre des campagnes longues et exigeantes. Et puis déjà que le simple fait de trouver une date commune pour se voir est une tannée, alors lorsque cette bande de loustics se réunit, il est parfois difficile de ne pas digresser en cours de jeu ou de rester parfaitement sérieux et roleplay.

C’est de ce constat qu’est né l’idée de Débile Inside.
A l’occasion d’une virée dans un festoche de BD avec mon vieux frère Olcan Raider, je n’ai pas eu à lui pitcher longtemps l’idée et l’univers pour l’embarquer dans l’aventure et vous faire profiter des fruits de son esprit prompt à la connerie.

Rire c’est pas sérieux.

Débile Inside, c’est avant tout un JdR pour décompresser entre potes.
Ici, le but premier est de laisser sa semaine de merde, son boulot chiant, ou son conjoint envahissant (et hop, me voilà assigné au canapé pour le reste du mois) dans la plus proche poubelle, et de passer tout le temps que dure la partie à se bidonner comme des bossus sans penser au lendemain.
Si vous avez un peu de premier degré, c’est le moment d’ouvrir les ballasts : vous n’allez pas en avoir besoin.

Types de parties et scénarios

Je vais ici surtout m’adresser aux maîtres de jeu.
Comme dans tout JdR, vous pouvez bien entendu créer des “one shot” aussi bien que des campagnes complètes sur Débile Inside, mais gardez toujours à l’esprit que, selon vos joueurs, il faudra éventuellement savoir surfer avec beaucoup de finesse sur le festival de n’importe quoi que les personnages risquent de provoquer si vous ne voulez pas perdre rapidement le fil de votre aventure préparée avec amour, et ce probablement un peu plus que dans d’autres JdR plus sérieux.
Il est également tout à fait possible de créer des scénarios à suspense, mais l’univers et les personnages de Débile Inside encourageant les situations absurdes et la dérision, il sera sans doute difficile de rester de marbre tout le long. Si vous mettez en place du suspense, le plus judicieux est sans doute de jouer sur le décalage qu’il va créer avec le reste.

Avant tout, il est important de bien placer le curseur sur le type de parties qui conviendra le mieux à vos joueurs et à leur style, quitte à en discuter avec eux en amont (à moins de très bien connaître vos partenaires de jeu et leurs goûts, c’est même recommandé pour n’importe quel JdR, en réalité).
Si le but de vos parties est effectivement de servir de pur exutoire à une bande de trublions notoires, Débile Inside se prêtera parfaitement à des parties de type “bac à sable”, dans lesquelles ils seront entièrement libres de laisser libre cours à leur fantaisie. Vous n’aurez alors qu’à rebondir sur leurs imbécilités pour apporter de l’eau à leur moulin.
Si vos joueurs souhaitent vivre une expérience plus guidée, concoctez-leur un petit voyage pas piqué des hannetons dans les méandres les plus absurdes de votre esprit.
L’essentiel est qu’il s’amusent et se marrent comme des baleines. Peu importe la méthode, finalement.

Calembours et absurdités recommandés

A tous ceux que la société opprime pour leur amour des calembours à outrance, à tous ceux qui vivent pour les regards atterrés de leur entourage, à ceux qui acceptent un “c’est tellement nul” comme un haut compliment, je le dis avec tendresse  : bienvenue chez vous ! Il est temps de vous en donner à coeur-joie. Calembours, jeux de mots, contrepèteries, anagrammes, tout est permis.

De manière plus globale, Débile Inside encourage l’absurde et le crétin, alors que vous soyez DM ou joueur, du moment que tout le monde s’amuse, rien n’est trop débile !
Pour l’anecdote, un jour, mes propres joueurs ont collé un bonnet en laine rouge géant sur la cabine de leur rafiot pour s’infiltrer dans l’équipage d’un commandant activiste environnemental portant ce même genre couvre-chef. Comme quoi, on est vraiment pas à ça près.

Un JdR pour les non-initiés ?

Tous les rôlistes passionnés ont à coeur de faire découvrir ce loisir à leur entourage. Mais avec tous les préjugés qui collent à la peau du JdR, il est parfois difficile de convaincre quelqu’un de jouer une partie d’initiation.

De par sa nature complètement décalée, Débile Inside constitue sans doute un bon premier pas dans le monde merveilleux du JdR pour ceux qui hésitent à tenter l’expérience. La connaissance de l’univers et de ses codes n’étant pas spécialement un pré-requis pour se mettre dans l’ambiance, il est facile pour un néophyte d’intégrer même un groupe chevronné.

Après avoir parlé un peu du jeu, j’ai moi-même déjà eu plusieurs “j’aimerais bien tester ça” de la part de gens qui avaient au demeurant quelques gros aprioris à l’égard du jeu de rôle.