Pimentons le bouzin

Les tests en opposition

Arrivera très vite, bande de nazes, le moment où vous devrez vous fritter avec un connard et pas forcément à coups de lattes… Me regarde pas comme ça, GR0-C0N, tu vas baver toute ton huile. Je vais donner un exemple.

Imaginons que tu veuilles approcher furtivement un tocard pour lui siphonner son réservoir de TB. Vous devez tous les deux tester vos compétences pour savoir qui fait quoi. Toi tu vas faire un test de Discrétion pour pas te trahir, et lui va tester Perception pour essayer de te griller. Celui qui obtient le plus haut score réussit son action. En cas d’égalité, c’est le défenseur (dans ce cas, le tocard) qui remporte la mise et peut alors donner libre cours à son côté créatif pour mettre au point une punition pour toi, gros malin.

Les pétages de câbles

Votre créateur vous a vraiment conçu à son image : complètement débiles. Et comme tous les abrutis, vous associez votre manque d’intelligence avec une instabilité émotionnelle patentée.
Un pétard mouillé qui explose et PAF, ça vous fait péter un plomb. Bon j’exagère un peu mais à peine.

Lorsque vous vous retrouvez dans une situation stressante (peur, emportement, rage, etc.), vous ne valez pas mieux que les viandus. Immédiatement votre PROG Stabilité est mis à l’épreuve, comme ce serait le cas pour un viandu avec sa COMP Self Control.

Selon le niveau de stress qu’implique la situation en question, le DM définira un SR plus ou moins élevé. Si le test est réussi, vous gardez votre contenance, mais s’il est raté non seulement vous réagissez exactement comme le ferait un viandu – par la fuite contre la peur, par la violence contre la rage, etc. – mais en plus, bande de tas de ferraille, vous grillez partiellement vos circuits dans l’affaire. Et REPAF, double peine, vous développez un bug aléatoire (pour définir lequel, rendez-vous à la page “Bugs et lancez les dés sur la table des bugs).
Heureusement, c’est temporaire. Dès que vous aurez accès à un atelier de réparation de bot digne de ce nom, avec une interface de reprogrammation, vous pourrez vous en débarrasser. Mais c’est encombrant, ce genre d’outil, et c’est pas le genre de truc qu’on déplace avec soi, ou alors dans un bon gros camtar.

Pour les tocards fatigués ?

On se reprend, tas de feignants. Vous êtes des bots, bordel, pas des viandus fragiles.
Eux, au delà de 20h sans pioncer un minimum de 6h, ils fatiguent et mangent un point de malus sur toutes leurs actions toutes les [Endurance] heures.

En ce qui vous concerne, bande de tas de boue, à quelques exceptions près, vous pouvez tenir une bonne vingtaine d’heures sur votre charge complète de batterie principale. Pour ceux qui ont investi dans un PROG Autonomie de qualité, chaque niveau dans ce PROG vous rajoute 4 heures d’autonomie en pleine possession de vos moyens. Les plus bourrins d’entre vous peuvent tenir presque 2 jours complets sur leur alimentation principale.

Par contre, vaudrait mieux pour vous que vous pensiez à vous brancher avant de tomber à cours de jus sans quoi vous passerez sur vos systèmes auxiliaires type énergie solaire – heureusement qu’on a deux saloperies de Soleils sur cette planète de cons – et là, vous fonctionnerez encore, ouais, mais en mode économie d’énergie. Dans ce mode, toutes vos actions se feront à -1ND, ce qui est passablement chiant. Il suffit pourtant de vous brancher à n’importe quel réseau ou appareil électrique pendant une petite demi-douzaine d’heures pour être de nouveau à plein. Alors faites gaffe à vos batteries, merde !

Pour les tocards blessés ?

Comment ça, ça vous intéresse pas ? Eh les bourrins, même si vous êtes pas Mékadoc et que vous y pigez peau de balle, il va bien venir l’occasion de passer sur le billard quand vous vous serez fait trouer la tôle par un Bot’railleur susceptible, ou repasser par une mégère un poil soupe au lait qui aura pris votre regard un peu trop insistant pour un scan aux rayons X.
Donc c’est pas plus mal de savoir un minimum comment ça marche.

La récupération de santé

Quoi vous pensiez sérieusement que vous aviez été conçu avec un système de réparation automatique ? La bonne blague ! Non, tas de boulons, si vous êtes cassé, faut vous retaper… Vous réparer abruti, pas cogner plus fort !

Un test d’[Intellect + Robotique] vous permettra de commencer tranquillement à réparer les dommages subis, même au milieu de nulle part. La difficulté fixée par le DM sera fonction de l’ampleur des dégâts et de la complexité de votre propre structure. Un anthropomorphe ou un bot antique seront nettement plus durs à retaper qu’un Normec standard ou un Tas de Boulons de récup.

Un Mékadoc’ferail ou un autre D.I. équipé d’un Mécascan Seethrough™ bénéficiera néanmoins d’une difficulté moins élevée pour commencer la réparation. C’est pour ça qu’il faut jamais se foutre de la tronche du Mékadoc !

Le temps pour réparer un point de dégât à l’arrache dépend du type de dégât subi – contondant ou létal (se reporter aux règles de combat pour une description des différents type de dégâts).

Voici les temps de réparation des dégâts sur un D.I. standard :

  • 30 secondes pour un Point de Choc ;
  • 15 minutes pour un Point de Structure.

Inutile de préciser que si vous en êtes à ne plus pouvoir bouger un vérin, c’est même pas la peine de penser à vous retaper tout seul. Vous êtes bon pour laisser quelqu’un le faire à votre place. J’espère que vous avez confiance...

Mais attendez, là je vous ai parlé que des réparations à la zob en plein milieu de nulle part ! C’est relativement rapide, et pour cause, c’est généralement fait avec des bouts de ficelle et des matériaux de récup. Et dans le cas de dégâts sur les Points de Structure, comme il va s’agir de réparer des trous et des dommages structurels importants, votre système risque d’allumer quelques voyants pour protester contre ce rafistolage sauvage. Eh oui, une réparation propre  dans les règles de l’art nécessite un atelier tout équipé, des pièces précises, et une vérification de l’état du système du bot à chaque étape. Pourquoi une vérification ? Parce qu’un système paniqué part en vrille et se retrouve vite farci de bugs !

Tous les 3 PS réparés à la va-vite, vous lancerez un dé sur la table des bugs et vous écoperez de ce que ce bon vieux Murphy voudra bien vous donner. Tant que la réparation de fortune n’aura pas été corrigée en atelier, le bug restera. Et un taf propre ça prend deux fois les temps que vous avez mis sur le terrain puisqu’il faudra tout reprendre de la base.

Pour les bots “Anthropomorphes”, particulièrement avancés sur le plan technologique, des bugs surviendront tous les 2PS réparés en système D. Les seuls pour qui ça ne posera pas de problème, c’est les “Tas de boulons”, déjà construits sur des matériaux de récup et qui sont déjà bien assez bugués comme ça.

Et pour les viandus ?

Ouais, les Edeniens pure viande, eux, récupèrent tranquillement tous seuls. La chair est peut-être faible mais elle a au moins cet avantage. Bon, c’est mieux quand ils sont soignés, bien sûr !

Bon par contre, niveau temps, c’est pas les mêmes. Même si depuis le grand pinage, les mutations et la sélection naturelle accélérée aidant, les viandus ont hérité de capacités régénératives bien plus évoluées que leurs ancêtres, on est quand même pas sur du super rapide. Passivement, les Edeniens récupèrent des dégâts comme suit :

  • 30 minutes pour un Point de Choc ;
  • 6 heures pour un Point de Vie.

Une fois par jour, ils peuvent même dépenser 1 point de Mutaboost pour soigner quasi-instantanément l’équivalent de leur Vigueur en nombre de PV ou de PC.
Là ou ça se corse, c’est pour un viandu qui prend des dégâts critiques. En plus de s’être probablement vidé de son sang, généralement il est bon pour une amputation du membre qui les a subi. Et si c’est la tête… game over.

Les Mékadoc’barbak et leur medScan Seethrough™ (ou les toubibs viandus) feront de petits miracles ici en divisant ces temps par deux avec des soins sur le terrain, voire par 4 s’ils ont tout le matos médical qui va bien et une salle de convalescence digne de ce nom… Mais ça reste long. Pour soigner un Édenien, on testera Intellect + Médecine au lieu de Robotique, avec les mêmes contraintes que pour les bots question difficulté.