Les viandus sont aussi différents qu’ils sont nombreux, mais malgré tout, une fois qu’on les connaît bien, on les cerne plutôt vite. La survie après le Grand Pinage leur ayant demandé quelques adaptations drastiques de leur mode de vie, les tas de chair qui ont su s’adapter ont, semble-t-il, développé une espèce d’esprit de groupe tellement fort qu’on pourrait douter que certains traits ne soient pas directement transmis par les gènes.

Selon les stratagèmes et automatismes qui ont permis à leur lignée de perdurer, les plus sages de nos semblables synthétiques ont classé les edeniens par “culture”. Ainsi, selon la culture de leurs parents et leur environnement, les viandus adoptent un système de valeurs et de compétences qui leur permet de trouver leur place dans ce monde violent et ingrat, et leur donne le sentiment d’appartenir à un groupe, à une entité qui les rend fort.

Partout où les viandus se regoupent en nombre, chaque culture est représentée. En revanche, certains endroits, quartiers, villes, régions, pays, sont plus propices au développement d’un petit groupe de cultures et peuvent avoir tendance à saper les autres, passivement ou activement. Il arrive ainsi que des cultures minoritaires soient reléguées aux quartiers pourris tandis que les cultures les mieux représentées se taillent la part du lion.

Une culture peut en mépriser une autre par principe à cause de leurs systèmes de valeurs parfois antagonistes.
Toutefois paradoxe et contradiction sont deux choses bien distinctes. Comme tout le monde peut trouver des raisons de se détester, il arrive aussi que des individus de cultures antagonistes créent des liens, sinon d’amitié, du moins d’entraide pour avancer vers un but commun. On est pas toujours sur du grand altruisme, hein, loin de là. La plupart du temps, ce genre de lien est parfaitement vénal, mais on tombe de temps à autre sur de belles histoires.

Couillon de bultures

Pour que tu voies un peu mieux de quoi je cause, T1000, je vais te faire une brève description de chaque culture. N'hésite pas à m'arrêter si tu veux rentrer dans les détails.